bandeau site aeppf 25 11 2019

L'HOTEL GAILLARD

 

La demeure d’Émile Gaillard, un bâtiment « féerique ».

L’hôtel Gaillard dresse sa façade place du Général-Catroux et, dans ce XVIIe arrondissement de Paris où domine la pierre de taille, il se distingue par ses toits élancés et ses fines tourelles surplomblant des murs de briques. Le bâtiment, conçu à la fin du XIXe siècle, surprend toujours par sa radicalité. Il étonna et enchanta ses contemporains qui le qualifièrent de « merveilleux », « magnifique », « étonnant » et « féérique ». Cette architecture originale avait en effet de quoi surprendre. Elle n’était pas due au hasard et correspondait pleinement au souhait de son commanditaire, Émile Gaillard.

En 1878, Émile Gaillard achète deux terrains contigus à la plaine Monceau. Anciennement zone de pâturage et de cultures maraîchères, la plaine s’urbanise à la fin du XIXe ; des hommes d’affaire avisés investissent et y achètent des parcelles pour les revendre. Le quartier a de solides atouts : il est bien desservi par le boulevard Malesherbes et l’avenue de Villiers ; il y a de la place, c’est chic, bourgeois et bien fréquenté, notamment par des artistes. Claude Debussy, Sarah Bernhardt y ont leur résidence. Cet environnement convient tout à fait à Émile Gaillard, car tout banquier qu’il est, il n’en est pas moins passionné par l’art. Son habitation de la rue Daru étant devenue trop exigüe pour contenir son importante collection d’objets d’art du Moyen Âge et de la Renaissance, il confie à l’architecte Jules Février l’édification d’un hôtel particulier.

Sur la parcelle acquise, Émile Gaillard fait édifier sa demeure et, pour rentabiliser son investissement foncier, il fait construire deux hôtels particuliers adjacents, l’un donnant sur la rue Berger, l’autre sur la rue de Thann. Ils forment ainsi avec l’hôtel Gaillard un U, enserrant une cour destinée aux équipages. Ces beaux immeubles de rapport se distinguent du « Château » par une architecture typique de la fin du XIXe siècle. Les trois ensembles se trouvent aujourd’hui réunis et communiquent. À la différence des hôtels particuliers classiques, l’édifice ne se cache pas derrière un grand porche, l’entrée donne sur rue et non pas sur cour. L’hôtel Gaillard affiche sa magnificence.

Le bâtiment témoigne du statut social de son propriétaire et de ses goûts artistiques. Il répond à trois besoins : loger une famille, recevoir avec faste et mettre en valeur une collection exceptionnelle, dans un cadre adapté. Les pièces de service sont situées au rez-de-chaussée. Les appartements privés, à l’entresol, desservis par l’escalier d’honneur comprennent : la salle à manger, quatre chambres et leurs salles de bain. Au 1er étage se trouvent les pièces de réception, richement décorées : le petit salon, le grand salon et la galerie de tableaux. C’est là qu’Émile Gaillard présente ses plus belles pièces : faïences de Bernard Palissy, tapisseries des Flandres, statues et coffres Renaissance. Le 2e étage est réservé à son fils aîné, Eugène.
En 1919, la Banque de France fait l’acquisition de l’hôtel Gaillard

Toujours en vente depuis 1904, et n’ayant pas trouvé preneur, l’hôtel Gaillard est bradé, la banque l’achète pour la somme de 2 millions de francs : une affaire, sachant que le coût de construction était estimé à 11 millions. La Banque de France ne se contente pas de la partie « château » et acquiert également l’hôtel de la rue Berger (où résidera le directeur de la succursale). Quant à l’Hôtel de la rue de Thann - qui avait été vendu à l’Union des Femmes de France - il est échangé contre un autre bâtiment situé dans le quartier. Ainsi, c’est l’ensemble de la parcelle Gaillard avec ses trois bâtiments qui devient propriété de la Banque de France.

 
 

 

Souce Citéco