Inondation rue de L’Ermitage du 4 juin 1973Btn retour

 

 

Jusque dans les années 1965, un fossé, qui suivait une partie de la nationale N°14 collectait les eaux, pour les rejeter dans le lac d’Enghien. Il recevait notamment celles d’un petit fossé, qui lui recueillait les eaux de ruissellement du trop plein des mares. Chaque automne un curage régulier était nécessaire, afin de ne pas inonder le riverain le plus bas. Cela n’empêchait rien lors de gros orages. Chaque hiver et printemps, les pompiers étaient souvent sollicités et ce riverain était contraint de conserver la pompe quelques jours.
C’est en 1973, qu’eut lieu le plus gros des dégâts.

Voici comment «Le Parisien Val d’Oise matin», relatait l’événement.

Parisien Titre

 

Les pluies de ces derniers jours, et plus particulièrement celles de la nuit du vendredi au samedi, qui ont redoublé de violence, ont causé d’importants dégâts à plusieurs pavillons, rue de l’Ermitage, à Franconville.

Des tonnes de sable, en provenance de l’autoroute A15, en construction, ont été entraînées par le ruissellement des eaux. Faisant des barrages en certains endroits, obstruant les regards d’écoulement et caniveaux alimentant le ru à ciel ouvert sur la RN 14. C’est donc près d'un mètre d’eau qui a envahi des pavillons en rez-de-chaussée, notamment Chez M. et Me Metz. Et c’est par miracle qu’il n’y ait pas eu de victime. Prince, le chien de M. Kutelmach, par ses aboiements, a donné l’alerte, sauvant ainsi la petite Sandrine Capelier, qui dormait dans son lit de toile.

Les sapeurs pompiers de Franconville ont mis plusieurs pompes en action pour faire évacuer l’eau. Les services de la voirie alertés ont fait le nécessaire auprès des Ponts et Chaussées, car il se pose le problème aux riverains de la rue de l’Ermitage, qui se trouve être la limite séparative des communes de Sannois et Franconville, et ce n’est que fort tard dans la soirée que la rue de l’Ermitage a été rendue à la circulation, après enlèvement de tonnes de sable.

Parisien Article

 

Point de vue des riverains

De fait, dans la nuit le chien de M. Kutelmach réveille ses maitres par ses gémissements. Que se passait il ? Nous découvrons le sous-sol, de plein pied avec le jardin, envahi par de l’eau boueuse. Le jardin sur l’arrière est couvert de 20 centimètre d’eau jaunâtre ?
Pour les voisins au-dessus qui vivaient dans un sous-sol, en partie enterré, les dégâts étaient pires. En outre, leur bébé dormait dans une pièce ce sous-sol. C’est leur petit chien hurlant à la mort qui réveiller le papa qui en se levant se trouve dans quarante centimètres d’eau.

D’autres habitants constatent, que les sous-sols, les habitations de plein pied et les jardins sont envahis par de l’eau boueuse et jaunâtre. D’où venait cette eau ?
La déviation de la RN 14, future A15, était en construction et toutes les précautions n’ont pas été prises afin de canaliser l’eau du chantier. Lors du gros orage de la nuit du vendredi au samedi 1er juin 1973, l’eau et les terres ont envahi les terrains situés en contrebas et la rue de l’Ermitage, avec des dégâts plus importants pour la rue.

Rue pompiers Rue riverains

 

 

Sources Le Parisien du 4 juin 1973.
Site et documents personnel de Y. Kutelmach.