Brennus en 1897

Charles Brennus de son vrai nom
Brennus Ambiorix CROSNIER  Photo 1922

Le SCUF a souvent porté le bouclier sans l'avoir gagné mais la tradition veut qu'il soit porté par deux jeunes du SCUF qui le remettront chaque année au vainqueur.

bouclier seulBRENNUS et son bouclier...Btn retour

d'après Bernard JOUMARIN et Roland CHANUDET

Brennus Ambiorix CROSNIER dit « CHARLES BRENNUS » nait à Châteaudun (Eure et loir).
Le 30/11/1859 son père est ouvrier tailleur, sa mère couturière.
Il devient graveur ciseleur de grand talent.
A son mariage le 30/06/1884 à Landrecies (nord) avec Godin Laure Désirée il réside 5 rue Vincent à Paris 19ème quartier de Belleville, puis, plus tard on le retrouve 17 rue Chapon et 35 rue de Montmorency dans le 3ème, quartier du Marais à Paris.
Il n’arrive dans le milieu sportif que passé la trentaine après
une aventure originale…
Il pratiquera tour à tour le cyclisme, le cross-country, le rugby, sports dont il deviendra fervent, au point de se consacrer à sa passion plus qu’à son art.
En 1892, devenu maitre graveur, ciseleur, éditeur d’images et de médailles il exécutera la gravure du BOUCLIER DE BRENNUS, à la demande de Pierre de Coubertin secrétaire de l’UFSFA (Union des sociétés françaises de sports athlétiques) qui en a dessiné le modèle, et les champions aujourd’hui encore se transmettent chaque année ce trophée.
Le 5/12/1895 il crée le SCUF (Sporting club universitaire de France) sous le nom de Sporting club amateur dont il sera capitaine les deux premières saisons et membre jusqu’en 1900.

Dès 1896 on le retrouve comme dirigeant important de l’USFSA et membre de toutes les commissions cyclisme, athlétisme, rugby, natation, ainsi qu’au comité et son conseil à Paris.

Il est nommé : de 1900 à 1919, président de USFSA
Il sera juge-arbitre national et Directeur des championnats de France d’athlétisme

- membre du jury des jeux Olympiques 1900

11/10/1920 USFSA devient Fédération Française de rugby sous la présidence de Octave LERY, Brennus en devient président d’honneur en 1921.

En 1921 en tant que Président de la commission centrale de natation de l’union des sociétés françaises de sports athlétiques ; président d’honneur du Sporting club universitaire, et pour des services exceptionnels rendus aux œuvres d’éducation physique et de préparation au service militaire, il sera proposé le 01/02/1921 à la nomination de Chevalier de la légion d’honneur qu’il obtiendra le 23/02/1921

Il est aussi titulaire de la médaille coloniale, du titre d’officier de l’instruction publique et des palmes académiques.

Brennus se retire de la vie sportive dès le début de la seconde guerre mondiale, quitte le quartier du Marais à Paris pour Le Mans où il résidera chez sa fille. Il meurt le 29/12/1943 au Mans à la suite d’une crise d’urémie à l’âge de 84 ans, et il sera inhumé dans le cimetière de Franconville le 04/04/1944 où se trouvent déjà son fils Maurice décédé en 1914 et sa femme Godin Laure décédée en 1916, dans une concession de 30 ans achetée par sa fille.

En 1974, la tombe étant envahie par les herbes, et la concession échue, la mairie de Franconville chercha à contacter la famille pour renouveler la dite concession, mais ses courriers restant lettres mortes, décide de transférer les restes de Charles Brennus dans l’ossuaire municipal.

La dépouille de Charles Brennus, pionnier et père du rugby, sera épargnée grâce à l’intervention de Jacques Viardot entrepreneur local de marbrerie des pompes funèbres, et ancien coureur cycliste professionnel qui en son temps avait couru avec Robert CHAPATTE devenu par la suite patron des sports sur Antenne2.

« Comme ils étaient restés très amis, il l’a appelé, raconte Jean-Jacques Viardot, qui a repris l’entreprise paternelle. Dans la demi-heure Chapatte alertait Roger COUDERC, qui prévenait la fédération française de rugby ».

La famille du rugby se saisit du dossier dès le mois de février 1980 et sollicite le renouvellement de la concession, obtient celui-ci en novembre 1980, choisit un autre emplacement pour la sépulture en achetant une concession cinquantenaire à partir du 17 septembre 1981, fait exécuter une réplique en résine du bouclier de Brennus sur la stèle, et inscrire sur la pierre tombale en lettres dorées « CHARLES BRENNUS père du rugby français » mais glissant malencontreusement dans la date de son décès 1944 au lieu de 1943.

Son inauguration eut lieu le 21/11/1981 à la demande des dirigeants du club de Franconville, au cimetière.

« En accord avec la fédération française de rugby et du comité d’ile de France, on a décidé de faire poser sous le bouclier une plaque en laiton avec le palmarès mis à jour chaque année. » indique Paul Goze, le président de la ligue nationale de rugby le 12/06/2015 au journal l’Equipe, on a le temps de voir venir car il y a la place pour 37 futurs champions après la finale du Top 14: Stade Français-Clermont »